Cheap Klonopin

PADMIR

Coopération Cameroun - FIDA
Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural

Projet d'Appui au Développement
de la Microfinance Rurale (PADMIR)

FAQ

La Foire Aux Questions

Qu'est ce que le PADMIR?

 L   Le Projet d’appui au développement de la Microfinance rurale (PADMIR), comme son nom l’indique, est  une intervention des bailleurs de fonds consistant en un ensemble d’activités planifiées et interdépendantes visant à atteindre des objectifs définis avec un budget déterminé et dans un laps de temps au monde rural en général et à la microfinance en milieu rural  en particulier.

Pourquoi le PADMIR au Cameroun ?

La naissance du projet  au Cameroun se justifie par  les  principales  raisons suivantes:

  • Le secteur agricole et rural constitue un moteur de la croissance dans le pays tandis que la lutte contre la pauvreté rurale est une priorité nationale; cependant, son développement est freiné par  le  déficit  d’accès  aux  services  financiers  comme  reconnu  par  les  pauvres  eux-mêmes;
  • Le financement du secteur rural et la promotion des EMF en milieu rural constituent un axe important du Document  de  stratégie  de  croissance  et  de  réduction  de  la  pauvreté  (DSRP)  et  de  la  Stratégie  de développement du secteur rural (SDSR) validé par le gouvernement camerounais;
  • La demande de services financiers de proximité en milieu rural est forte, mais est malheureusement largement insatisfaite: l’accès physique aux EMF constitue un premier  problème,  mais  une  bonne  partie  des  EMF  localisés  en  zone  rurale  ne  servent  pas efficacement  les  populations  rurales,  notamment  les  ruraux  pauvres,  car  leurs  produits  et  services financiers  sont  insuffisamment  adaptés  pour  ces  cibles;
  • Peu  d’EMF  financent  les  crédits  de campagne ou les investissements productifs, souvent faute d’une politique adéquate de mobilisation de l’épargne, d’une mauvaise gestion et stratégie ou d’une aversion au risque.

Quels sont les objectifs du PADMIR ?

 L’objectif global du  projet est de contribuer à l’allègement de la pauvreté dans la zone du projet, d’augmenter les revenus et la sécurité alimentaire des populations cibles  et  d’améliorer  leurs  conditions  de  vie.

  L’atteinte de cet objectif passe par la réalisation des  objectifs  spécifiques suivants:

  • Améliorer l’environnement de la microfinance afin que les problématiques de finance rurale soient mieux prises en  compte; 
  • Faciliter  l’accès  des  groupes  cibles  (populations  rurales,  en  particulier  les  plus défavorisées, et MER) à des services financiers adaptés à leurs besoins.

1-      Qui sont ceux que le projet se propose de toucher ?

Les groupes cibles encore appelé bénéficiaires finaux du projet sont  ceux qui  ont  tous  un  accès  limité  aux  services  financiers  formels  (des  EMF  et  banques)  et  aux  informations  et  technologies  appropriées  pour  améliorer  leurs  systèmes  de  production  et  leurs revenus ; il s’agit de façon précise :

  • Des petits producteurs en milieu rural (dont les femmes et les  jeunes),  pris  individuellement  ou  au  sein  des  Groupements  d’intérêts  commun  (GIC)  et
  • Des Organisations professionnelles agricoles de producteurs  (OPA);
  • Des Micro-entreprises rurales (MER).

Combien de temps va durer le projet ?

Le projet a une durée de six (06) qui va de 2010 à 2016 

Comment le PADMIR atteint ses cibles ?

Le PADMIR atteint ces cibles par l’intermédiation des institutionnels et les EMF. Il s’agit :

Au niveau des partenaires institutionnels, nous avons :

-          Le MINADER / MINEPIA  à travers les services du Projet National de Vulgarisation et de Recherche Agricole (PNVRA), les cellules de Coop/GIC,

-          L’Association Nationale des Etablissements de Microfinance au Cameroun (ANEMCAM),

-          Le Ministère des Finance (MINFI)

-          Le  Comité national de la Microfinance (CNMF).

Au niveau des EMF

-          Les réseaux en développement CamCCUL, AMC², A3C et UCCGN

      -          Les réseaux en construction UCEC

De combien s'élève le budget du PADMIR ?

      Les coûts  totaux du projet, y compris les imprévus pour hausse des prix, s’élèvent à 9,6 milliads de FCFA  (soit 22,5 millions de $EU) 

Qui finance le projet ?

Le  projet est  financé  par toutes ses parties prenantes en l’occurrence le FIDA, le PNUD, les réseaux d’EMF bénéficiaires et le gouvernement camerounais ; cette ligne financement est détaillé comme suit : 

-          Un  prêt  du  Fonds International du Développement Agricole (FIDA)   de  13,53 millions  de  $EU  (60%  des coûts  totaux) qui prendrait en charge  les coûts hors  taxes de  l’essentiel des activités;

-          Un don du FIDA  de  200 000 $EU ;

-          Une participation du PNUD aux activités de  la  composante 1 estimée  à  344 000 $EU;

-          Un  apport  des  réseaux/EMF  partenaires  pour  la  création  et  le renforcement des caisses/points de services (2,3 millions de $EU) et l’octroi des crédits à moyen terme aux petits producteurs liés à  la subvention aux emprunteurs (3,6 millions de $EU), pour un montant total  estimé  à  5,9  millions  de $EU  (26%  du  total); 

     -          Une  contribution  du  Gouvernement camerounais de 2,47 millions  de  $EU  (11%  du  total),  correspondant  essentiellement  aux  droits  et  taxes  liés  aux acquisitions du projet.

Quelles sont les zones d'intervention du projet ?

Le découpage des zones d’intervention du projet s’est fait par région. Une analyse socio économique et démographique des régions du Cameroun, et dans une optique de synergie entre les projets FIDA, a amené le PADMIR à concentrer  ses actions  sur  cinq régions: 

-          Le Centre,  l’Extrême  Nord,  l’Ouest,  le  Nord,  et  le  Nord-Ouest durant  les  trois  premières  années, 

      -          L'extension au Nord et au Nord-Ouest prévu après examen à la revue à mi-parcours. 

Qui sont en charge de la mise en oeuvre du projet ?

      Le  projet  est  placé  sous  la  tutelle  du  MINADER,  en  tant qu’agent principal d’exécution

Il a été  mise en œuvre par un Comité National de Pilotage crée par l’Etat camerounais

Sa gestion est assurée par l’unité nationale de coordination constituée :

-          D’un coordonnateur national chargé de la coordination du projet

-          D’un responsable administratif et financier en charge de tous le décaissement

-          D’un responsable national de microfinance

-          D’un responsable suivi et évaluation du projet

      -          D’un personnel d’appui 

Quelles sont les priorités du projet ?

      Le projet élabore ses axes prioritaires par composante préalablement définie lors de sa conception ; ces axes :

Composante 1: Amélioration de l’environnement de la microfinance

-          Renforcer les capacités d’intervention des services déconcentrés MINADER/MINEPIA en appui aux exploitations agricoles  

-          Renforcer les capacités de L’ANEMCAM afin qu’elle  joue pleinement son rôle en tant qu’association professionnelle des Etablissements de microfinance

-          Appuyer les services compétents du MINFI pour un contrôle et orientation plus efficace du secteur

-          Appuyer le Comité national de microfinance (CNMF) afin qu’il  joue mieux son rôle…

Composante 2 : Accès aux services financiers ruraux

-          Renforcer les capacités des EMF ruraux en développement  afin qu’ils mobilisent mieux l’épargne, sont plus rentables et servent efficacement les groupes cibles

-          Appuyer les nouveaux points de service et caisses en milieu rural sont mis en place par les grands réseaux d’EMF partenaires, sont pérennisés et servent efficacement les groupes cibles du PADMIR

-          Faciliter les EMF à rendre disponible des produits et services financiers adaptés aux besoins des groupes cibles

      -          Faciliter l’accès des EMF de manière durable à des refinancements de la part des banques commerciales

Comment le projet entend t-il toucher de façon équitable ses cibles ?

Le projet  pour  intégrer  les  femmes  dans l’exécution du projet et corriger les déséquilibres entre hommes et femmes sur l’accès aux ressources essentielles (capital, foncier, connaissances et technologies) prévoit une stratégie genre qui vise à :

-           Faciliter leur accès aux EMF créés/renforcés  par  le  projet,  et  développer  des  produits  financiers  répondant  à  leurs  besoins spécifiques; 

-           Encourager  leur participation aux  instances dirigeantes de ces EMF; 

      -          Sensibiliser les  EMF  partenaires  pour  appuyer  le  financement  des  filières  à  haute  potentialité  féminine  et  des AGR/MER promues par des femmes ou des groupements de femmes 

Quels sont les principaux résultats que le projet se propose de réaliser ?

Quels sont les plans d'actions du projet ?

Quels sont les mesures de maîtrise du risque et de durabilité du projet ?

end faq

Qu'est ce que le PADMIR?

 L   Le Projet d’appui au développement de la Microfinance rurale (PADMIR), comme son nom l’indique, est  une intervention des bailleurs de fonds consistant en un ensemble d’activités planifiées et interdépendantes visant à atteindre des objectifs définis avec un budget déterminé et dans un laps de temps au monde rural en général et à la microfinance en milieu rural  en particulier.

Pourquoi le PADMIR au Cameroun ?

La naissance du projet  au Cameroun se justifie par  les  principales  raisons suivantes:

  • Le secteur agricole et rural constitue un moteur de la croissance dans le pays tandis que la lutte contre la pauvreté rurale est une priorité nationale; cependant, son développement est freiné par  le  déficit  d’accès  aux  services  financiers  comme  reconnu  par  les  pauvres  eux-mêmes;
  • Le financement du secteur rural et la promotion des EMF en milieu rural constituent un axe important du Document  de  stratégie  de  croissance  et  de  réduction  de  la  pauvreté  (DSRP)  et  de  la  Stratégie  de développement du secteur rural (SDSR) validé par le gouvernement camerounais;
  • La demande de services financiers de proximité en milieu rural est forte, mais est malheureusement largement insatisfaite: l’accès physique aux EMF constitue un premier  problème,  mais  une  bonne  partie  des  EMF  localisés  en  zone  rurale  ne  servent  pas efficacement  les  populations  rurales,  notamment  les  ruraux  pauvres,  car  leurs  produits  et  services financiers  sont  insuffisamment  adaptés  pour  ces  cibles;
  • Peu  d’EMF  financent  les  crédits  de campagne ou les investissements productifs, souvent faute d’une politique adéquate de mobilisation de l’épargne, d’une mauvaise gestion et stratégie ou d’une aversion au risque.

Quels sont les objectifs du PADMIR ?

 L’objectif global du  projet est de contribuer à l’allègement de la pauvreté dans la zone du projet, d’augmenter les revenus et la sécurité alimentaire des populations cibles  et  d’améliorer  leurs  conditions  de  vie.

  L’atteinte de cet objectif passe par la réalisation des  objectifs  spécifiques suivants:

  • Améliorer l’environnement de la microfinance afin que les problématiques de finance rurale soient mieux prises en  compte; 
  • Faciliter  l’accès  des  groupes  cibles  (populations  rurales,  en  particulier  les  plus défavorisées, et MER) à des services financiers adaptés à leurs besoins.

1-      Qui sont ceux que le projet se propose de toucher ?

Les groupes cibles encore appelé bénéficiaires finaux du projet sont  ceux qui  ont  tous  un  accès  limité  aux  services  financiers  formels  (des  EMF  et  banques)  et  aux  informations  et  technologies  appropriées  pour  améliorer  leurs  systèmes  de  production  et  leurs revenus ; il s’agit de façon précise :

  • Des petits producteurs en milieu rural (dont les femmes et les  jeunes),  pris  individuellement  ou  au  sein  des  Groupements  d’intérêts  commun  (GIC)  et
  • Des Organisations professionnelles agricoles de producteurs  (OPA);
  • Des Micro-entreprises rurales (MER).

Combien de temps va durer le projet ?

Le projet a une durée de six (06) qui va de 2010 à 2016 

Comment le PADMIR atteint ses cibles ?

Le PADMIR atteint ces cibles par l’intermédiation des institutionnels et les EMF. Il s’agit :

Au niveau des partenaires institutionnels, nous avons :

-          Le MINADER / MINEPIA  à travers les services du Projet National de Vulgarisation et de Recherche Agricole (PNVRA), les cellules de Coop/GIC,

-          L’Association Nationale des Etablissements de Microfinance au Cameroun (ANEMCAM),

-          Le Ministère des Finance (MINFI)

-          Le  Comité national de la Microfinance (CNMF).

Au niveau des EMF

-          Les réseaux en développement CamCCUL, AMC², A3C et UCCGN

      -          Les réseaux en construction UCEC

De combien s'élève le budget du PADMIR ?

      Les coûts  totaux du projet, y compris les imprévus pour hausse des prix, s’élèvent à 9,6 milliads de FCFA  (soit 22,5 millions de $EU) 

Qui finance le projet ?

Le  projet est  financé  par toutes ses parties prenantes en l’occurrence le FIDA, le PNUD, les réseaux d’EMF bénéficiaires et le gouvernement camerounais ; cette ligne financement est détaillé comme suit : 

-          Un  prêt  du  Fonds International du Développement Agricole (FIDA)   de  13,53 millions  de  $EU  (60%  des coûts  totaux) qui prendrait en charge  les coûts hors  taxes de  l’essentiel des activités;

-          Un don du FIDA  de  200 000 $EU ;

-          Une participation du PNUD aux activités de  la  composante 1 estimée  à  344 000 $EU;

-          Un  apport  des  réseaux/EMF  partenaires  pour  la  création  et  le renforcement des caisses/points de services (2,3 millions de $EU) et l’octroi des crédits à moyen terme aux petits producteurs liés à  la subvention aux emprunteurs (3,6 millions de $EU), pour un montant total  estimé  à  5,9  millions  de $EU  (26%  du  total); 

     -          Une  contribution  du  Gouvernement camerounais de 2,47 millions  de  $EU  (11%  du  total),  correspondant  essentiellement  aux  droits  et  taxes  liés  aux acquisitions du projet.

Quelles sont les zones d'intervention du projet ?

Le découpage des zones d’intervention du projet s’est fait par région. Une analyse socio économique et démographique des régions du Cameroun, et dans une optique de synergie entre les projets FIDA, a amené le PADMIR à concentrer  ses actions  sur  cinq régions: 

-          Le Centre,  l’Extrême  Nord,  l’Ouest,  le  Nord,  et  le  Nord-Ouest durant  les  trois  premières  années, 

      -          L'extension au Nord et au Nord-Ouest prévu après examen à la revue à mi-parcours. 

Qui sont en charge de la mise en oeuvre du projet ?

      Le  projet  est  placé  sous  la  tutelle  du  MINADER,  en  tant qu’agent principal d’exécution

Il a été  mise en œuvre par un Comité National de Pilotage crée par l’Etat camerounais

Sa gestion est assurée par l’unité nationale de coordination constituée :

-          D’un coordonnateur national chargé de la coordination du projet

-          D’un responsable administratif et financier en charge de tous le décaissement

-          D’un responsable national de microfinance

-          D’un responsable suivi et évaluation du projet

      -          D’un personnel d’appui 

Quelles sont les priorités du projet ?

      Le projet élabore ses axes prioritaires par composante préalablement définie lors de sa conception ; ces axes :

Composante 1: Amélioration de l’environnement de la microfinance

-          Renforcer les capacités d’intervention des services déconcentrés MINADER/MINEPIA en appui aux exploitations agricoles  

-          Renforcer les capacités de L’ANEMCAM afin qu’elle  joue pleinement son rôle en tant qu’association professionnelle des Etablissements de microfinance

-          Appuyer les services compétents du MINFI pour un contrôle et orientation plus efficace du secteur

-          Appuyer le Comité national de microfinance (CNMF) afin qu’il  joue mieux son rôle…

Composante 2 : Accès aux services financiers ruraux

-          Renforcer les capacités des EMF ruraux en développement  afin qu’ils mobilisent mieux l’épargne, sont plus rentables et servent efficacement les groupes cibles

-          Appuyer les nouveaux points de service et caisses en milieu rural sont mis en place par les grands réseaux d’EMF partenaires, sont pérennisés et servent efficacement les groupes cibles du PADMIR

-          Faciliter les EMF à rendre disponible des produits et services financiers adaptés aux besoins des groupes cibles

      -          Faciliter l’accès des EMF de manière durable à des refinancements de la part des banques commerciales

Comment le projet entend t-il toucher de façon équitable ses cibles ?

Le projet  pour  intégrer  les  femmes  dans l’exécution du projet et corriger les déséquilibres entre hommes et femmes sur l’accès aux ressources essentielles (capital, foncier, connaissances et technologies) prévoit une stratégie genre qui vise à :

-           Faciliter leur accès aux EMF créés/renforcés  par  le  projet,  et  développer  des  produits  financiers  répondant  à  leurs  besoins spécifiques; 

-           Encourager  leur participation aux  instances dirigeantes de ces EMF; 

      -          Sensibiliser les  EMF  partenaires  pour  appuyer  le  financement  des  filières  à  haute  potentialité  féminine  et  des AGR/MER promues par des femmes ou des groupements de femmes 

Quels sont les principaux résultats que le projet se propose de réaliser ?

Quels sont les plans d'actions du projet ?

Quels sont les mesures de maîtrise du risque et de durabilité du projet ?

end faq

{loadposition accordionfaq4}

Agenda