Cheap Klonopin

PADMIR

Coopération Cameroun - FIDA
Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural

Projet d'Appui au Développement
de la Microfinance Rurale (PADMIR)

A la UNE

SYNERGIE : CONCERTATION PADFA-PADMIR-EMF PARTENAIRES SUR L’ACCES AUX PRODUITS FINANCIERS

 

 Le PADFA (Projet d’Appui au Développement des Filières Agricoles) et le PADMIR ont conjointement organisé du 30 au 31 juillet 2014, au siège de l’Unité de Coordination du PADMIR à Yaoundé, une concertation en vue de développer des actions de synergie en matière d’accès aux produits financiers.


 

En fait, le PADFA est un projet-frère du PADMIR, en ce sens que les deux Projets sont initiés par le même bailleur de fonds, le FIDA. Le FIDA s’occupe en particulier du développement des filières oignon et riz dans 4 régions du pays, et couvre 2 des régions où intervient le PADMIR : l’Extrême-Nord et l’Ouest.

 

La justification d’une synergie entre ces Projets est simple. Les producteurs qui sont accompagnés sur le plan technique par le PADFA ont également besoin d’appuis financiers pour développer leurs activités agropastorales. Or il se trouve que le PADFA ne dispose pas de ressources financières : celles-ci par contre sont du côté du PADMIR à travers le Fonds de Facilitation.

 

D’où l’objectif de la concertation : créer une synergie, après l’élaboration d’un plan d’action devant être mis en œuvre conjointement par les deux structures, visant l’accès des producteurs d’oignon et de riz à des crédits leasing (bail) et warrantage (stockage).

 

Il est cependant à noter que les financements initiaux pour les acteurs de la filière oignon par exemple ne sont pas strictement orientés moyen terme à l’instar de ceux qui intéressent particulièrement  le Fonds de Facilitation du PADMIR : mais c’est justement  à ce sujet  qu’il fallait mener la discussion, pour arriver à un modus operandi. 

 

Les travaux de la concertation, auxquels ont été associes des représentants d’EMF de zones d’intervention du PADFA, ne sont qu’un début, en attendant la finalisation effective d’un plan d’action commun.

 C.E.

 « CHACUN JOUERA SA PARTITION »

 Sur le fonctionnement de la synergie en devenir, le Coordonnateur National du PADMIR, Thomas Nkouenkeu, se veut résolument optimiste : chaque Projet apportera sa contribution spécifique :

 

« Chacun va jouer son rôle. Celui du PADFA est de conduire les OP au niveau technique, de la semence à la commercialisation des produits ; mais à la base de tout cela il faut de l’argent, qui se trouve généralement dans les structures de microfinance , dont certaines sont partenaires du PADMIR et bénéficient à ce titre des financements du Fonds de Facilitation. La boucle de la synergie est ainsi bouclée, au profit des producteurs ruraux ».

 

Propos recueillis par Clément Essiane